Le Founder Institute : un accélérateur aux influences américaines

Le Founder Institute : un accélérateur aux influences américaines

Le Founder Institute France est un accélérateur proposant aux startups un programme structuré d’accompagnement aux techniques issues de la Silicon Valley.

 

Alain Baritault, co-fondateur du Founder Institute Paris, démarre en tant que journaliste en 1983 au sein d’un groupe Français leader de la presse informatique. A ce moment-là, il surfe sur la première vague de la révolution numérique et prend conscience que beaucoup de sociétés françaises se créent autour de la micro-informatique.

Après cinq années d’exercice en France il prend la direction des Etats-Unis pour s’installer dans la Silicon Valley en Californie,  en tant que journaliste correspondant de son groupe.

Il est progressivement immergé dans un écosystème entrepreneurial très différent de l’écosystème français, et se voit rencontrer des personnages très influents tels que Bill Gates, Steve Jobs et beaucoup d’autres. Plus tard, à son compte,  il continue son activité de correspondant pour des journaux français.

Parallèlement, il aide plusieurs grandes sociétés telles que Bouygues, France Télécom, TF1, Canal+ ou des organismes publics et des collectivités locales à mieux comprendre le fonctionnement du marché américain et aide également des startups. En 2009, il rencontre Adeo Ressi créateur du Founder Institute aux US, qui lui propose de lancer Founder Institute en France. Alain décide alors de repartir des Etats-Unis pour accepter la proposition.

 

Founder Institute est lancé en France

Le lancement du premier semestre Founder Institute démarre à lieu au mois de mars 2010, ils sont trois à diriger la structure et recrutent trente porteurs de projet. Le Founder Institute est une « école » pour startups dans laquelle chaque jeune entrepreneur, est accompagné par des professionnels aux expertises variées, leur permettant de développer considérablement leur affaire.

Le Founder Institute se base sur le constat que les créateurs d’entreprise sont souvent seuls, et qu’ils ont besoin d’intervenants et d’aide pour permettre à leur projet de décoller.

 

Les étapes de l’intégration

Il n’y a pas de critères spécifiques de recrutement: pas d’obligation de diplôme, pas d’âge minimum ou maximum et toutes sortes de projets sont acceptés, pourvu qu’ils aient un lien avec les technologies numériques.

1. Pour l’inscription, un premier test en ligne est obligatoire pour permettre à l’équipe de cerner le caractère du créateur en termes de flexibilité, résistance, stabilité émotionnelle, ouverture d’esprit…. sa capacité entrepreneuriale…

2. Une discussion est ensuite organisée entre startups et directeurs pour découvrir le potentiel du projet et accepter ou non l’intégration.

Une fois ces deux étapes réalisées et validées, la startup peut entrer au sein du Founder Institute.

 

Fonctionnement du Founder Institute

Le Founder Institute est présent dans plus de 60 villes dans le monde et son fonctionnement reste certes le même pour tous mais certaines adaptations locales sont mises en place.

En termes de cycle d’accélération, le créateur est accompagné  d’une part par des mentors français comme Christophe Cremer de meilleurstaux.com, de Franck Le Ouay de Criteo, par des mentors américains comme Gabe Zicherman de GSummit ou Phil Libin de Evernote et enfin par les 3 Directeurs.

Ce cycle est étalé sur une durée de quatorze semaines, pendant lesquelles les formations apportées permettent l’aboutissement du projet et la création de leur entreprise pour ceux qui ne l’ont pas encore fait.

 

Trois points essentiels sont abordés tout au long du programme d’accélération:

1. L’idée, le marché, le client

Cette phase dure un mois et permet de répondre à l’interrogation suivante : à quel besoin je veux et peux répondre, quel est mon client et quel est mon marché ? Beaucoup de créateurs d’entreprise ont en effet tendance à oublier ou passent trop vite sur cette étape cruciale…

2. Le produit/la solution

Ce point aborde tout le côté développement du produit (ou service) et business modèle et dure environ deux mois.

3. La communication

Ce n’est pas tout d’avoir une bonne idée et un business model, il est temps de se faire connaître. Chaque entrepreneur doit donc créer des relations avec des investisseurs potentiels, des clients ainsi que des partenaires. Les intervenants les préparent également à la levée de fonds.

Une fois par semaine pour l’ensemble des startups a lieu une session du soir animée par trois mentors. Ces derniers viennent pitcher sur un thème précis, correspondant à leur expertise et leur expérience. Lors de cette session une réelle interaction est créée avec les . Parallèlement, sont donnés chaque semaine des « devoirs » devant être obligatoirement faits, ils sont réalisés en général en groupe de travail, chacun travaillant sur son projet.. Ces groupes de travail permettent de s’assurer de la progression des projets et sont un moyen d’inculquer l’entraide et de faire naître des relations enrichissantes.

 

Le modèle économique de la structure

Le tarif du programme d’accélération est de mille euros. Parallèlement, le Founder Institute est en partenariat avec Microsoft Venture faisant bénéficier d’un accès à ses locaux, et en partenariat avec Cap Digital dans un but co-financement et de recommandation de sociétés.

A l’issue de la phase d’accélération, la startup signe un « Bon de souscription d’actions », représentant 3.5% de son capital valorisé à la 1ère levée de fonds. Ce système d’options d’achat d’actions est incitatif  et très développé aux Etats-Unis et mériterait d’être facilité en France. Les BSA sont ensuite mutualisés entre le Founder Institute, les Mentors et les entrepreneurs qui ont achevé le semestre, ce qui renforce l’esprit d’entraide entre tous.

 

Des résultats plus que satisfaisants

Depuis le lancement, Founder Institute Paris a à son actif 350 porteurs de projets accompagnés et 80 entreprises créées. Sur ces 80 entreprises, 40 existent encore et plus de la moitié a levé des fonds, recruté ou génère du chiffre d’affaires.

Récemment, a été créé le Founder Institute Europe (FIE) afin de coordonner l’ensemble des Founder Institute européens soit aujourd’hui dix chapitres. Cette nouveauté permet la création de liens latéraux entre mentors, entre créateurs d’entreprises européens ainsi que la participation à des actions au niveau de la communauté européenne.

Founder Institute Europe a également répondu à deux projets européens, l’un favorisant l’entrepreneuriat féminin et l’autre permettant la mise en place de « session été full time » intra-européenne.

 

Un message pour les entrepreneurs ?

« Le Founder Institute à Paris a pour effet de sortir les créateurs d’entreprises de la solitude dans laquelle ils se trouvent souvent, mais aussi de les sortir de leur zone de confort pour renforcer la progression de leur projet. Il les aide à lever de multiples ressources en utilisant Internet et en s’appuyant sur un vaste réseau de Mentors en France et dans le monde entier, et enfin à s’entraider avec d’autres créateurs d’entreprises. Ils apprennent à créer un réseau, à l’enrichir et à l’utiliser dans un monde numérique. »

 

Vous souhaitez rejoindre Founder Institute ?

La date limite d’inscription finale pour le semestre Paris Automne 2014 est le 21 Septembre 2014.

4 sessions préalable d’information auront lieu où vous pourrez poser toutes les questions et rencontrer les Directeurs et des anciens du Founder Institute Paris :

  • Le  18 Aout sur le thème « comment bien pitcher »
  • Le 1er septembre sur le thème «lever de l’argent auprès des investisseurs »
  • Le 8 septembre sur le thème « comment être « lean startup »
  • Le 15 septembre « comment faire un story telling, avec Tyler Crowley, Mentor Américain »

Voir www.fi.co pour plus de détails et vous y inscrire!

Retrouvez Founder Institute sur:

   

 

 

 

The following two tabs change content below.
Camille

Camille

Responsable Marketing
"Vous voyez les choses et vous vous demandez pourquoi. Moi, je rêve de choses qui n'existent pas et je me demande pourquoi pas." George Bernard Shaw
0 comments