GECKO Biomedical, l’innovation au service des patients de chirurgie mini-invasive

Une startup passionnée qui a pour vocation de trouver des solutions pérennes pour refermer les plaies chirurgicales internes des patients et qui valorise une invention issue du MIT

GECKO Biomedical est une toute jeune startup qui développe actuellement de nouvelles solutions permettant de refermer les plaies en chirurgie interne, en exploitant des polymères adhésifs biodégradables et biocompatibles. Cette solution est d’autant plus révolutionnaire qu’elle fonctionne « On demand » lors de procédures chirurgicales et en présence de sang. L’étape clé de cette innovation est la photoactivation du film liquide, le rendant adhésif même après contact avec le sang, impliquant donc la maîtrise totale de la polymérisation par le médecin. C’est lui qui décide du moment optimal pour rendre solide l’adhésif. Voilà qui est primordial en chirurgie mini-invasive.

Dès lors qu’il est polymérisé, l’adhésif présente plusieurs intérêts: Il est tout d’abord biocompatible, donc n’altère pas les tissus, puis il est élastique ce qui lui permet de se déformer en même temps que le tissu (idéal pour une artère par exemple) et enfin, il est biodégradable.

fig2_UV.incision_fnlFully cured glue coated patch

© GECKO Biomedical

S’il existe déjà des colles et adhésifs chirurgicaux, aucun ne rassemble la même technologie que celle qui est développée par GECKO Biomédical. D’abord, les colles existantes sont réactives: i.e. Au contact du tissu et en présence de sang, elles se durcissent. Le médecin n’a donc finalement pas la main dessus. Ensuite, à ce jour, aucun « concurrent » ne travaille avec la famille de polymères qu’utilise GECKO Biomedical. La startup a par ailleurs des licences exclusives mondiales, accordées par le MIT, pour ces polymères. Et enfin, elle est la seule à proposer un produit qui soit « à la demande ». C’est là que se situe l’innovation de rupture.

Avec une parfaite maîtrise de sa technologie, GECKO Biomedical pourra, après son premier produit, développer des patchs voire même insérer des molécules actives dans ses adhésifs.

 

Le marché des colles et adhésifs chirurgicaux

En 2010, le marché des colles et adhésifs était évalué à 1,9 milliards de dollars. Ce marché est principalement basé sur la fermeture de plaies internes lors de chirurgies « classiques ». Sur ce marché, GECKO Biomédical apportera une véritable alternative. Pourtant, ce n’est pas ce marché qui intéresse la startup. Le marché visé demande à être créé: Celui de la fermeture de plaies internes lors de chirurgies mini-invasives. Ce dernier est bien plus important en taille parce qu’à ce jour, les produits existants, de par leur réactivité, ne permettent pas techniquement de répondre à ce marché en attente de solutions innovantes.

 

La chirurgie mini-invasive, une véritable vocation

La chirurgie mini-invasive connaît un énorme essor, car moins invasive, cette procédure est aussi moins traumatisante pour le patient: il récupère mieux, rentre plus rapidement chez lui et retravaille plus vite! Il va sans dire que cela implique un coût « allégé » pour le système de santé.

Or, les colles existantes ne sont pas adaptées à ces techniques puis qu’elles sont réactives. Il existe donc une véritable opportunité de « révolutionner » l’approche, en offrant aux chirurgiens pour leurs patients, de véritables solutions pour une meilleure prise en charge.

 

Une vocation d’aider, bien avant que les idées ne commencent à germer

Lorsque Jeffrey KARP, l’un des fondateurs de GECKO Biomedical et chercheur issu du MIT travaillant au Brigham and Women’s Hospital (Boston) discute avec le chirurgien cardiaque pédiatrique Pedro DEL NIDO du Children’s Hospital de Boston, ils soulèvent les approches médicales existantes peu satisfaisantes quant à la « réparation » de la communication inter-ventriculaire chez les nouveaux-nés. Opérer est invasif, et l’implant n’est pas dégradable. Ils soulèvent le besoin d’un biomatériau doté de biocaractéristiques spécifiques dont celle de « coller » en présence de sang et de permettre la cicatrisation. Ce besoin est très spécifique au départ, mais a permis de développer des adhésifs ayant ces biocaractéristiques. Les premières idées sur ces polymères ont commencé à germer en 2007.

 

Pourquoi s’implanter en France, pour valoriser une invention issue du MIT?

GECKO Biomédical c’est l’histoire d’une rencontre entre cinq hommes: Jeffrey KARP, Robert LANGER du MIT (Cambridge), les inventeurs américains mondialement reconnus en bio-ingénierie et médecine régénératrice, avec Bernard GILLY fondateur de iBionext Network, Jacques MARESCAUX professeur en chirurgie et chef du département de chirurgie digestive et endocrinienne aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg et Christophe BANCEL, entrepreneur healthcare et CEO de GECKO Biomedical.

Avec le souhait commun de développer cette technologie, l’Europe et sa réglementation propice permet des cycles d’innovation intéressants. Ensuite, il existe en France un beau et bon terrain d’innovation dans le domaine, avec d’excellents experts (médecins, industriels…) qui pouvaient aider à développer les produits de GECKO Biomedical. Et enfin, en France il y a iBionext, le réseau d’entrepreneurs et de scientifiques créé en 2012 par Bernard GILLY: Un écosystème privé qui regroupe des personnes qui travaillent ensemble, s’entraident et qui ont des compétences de haut niveau. Le réseau a par ailleurs permis la création de trois medtech et une biotech, et d’autres  sont encore à venir. Point non-négligeable, iBionext aura permis de lever 70 millions d’euros en moins de 24 mois. Trois paramètres qui rendent le « terrain » très fertile et qui ont permis la création de GECKO Biomedical sur le sol français.

 

Une création en mai 2013 et 8 millions d’euros levés sept mois plus tard

GECKO Biomedical a bouclé sa première levée de fonds en décembre 2013 avec Omnes Capital, CM-CIC Capital et CapDecisif management: Un investissement qui permet l’industrialisation dans des conditions de sécurité et de qualité optimales pour finaliser le développement réglementaire et obtenir ainsi le marquage CE pour 2016.

 

L’aventure startup, une histoire humaine

Alors que les premières idées sur le concept du biomatériau ont commencé à germer en 2007, c’est en 2012 que l’équipe est entrée dans la phase de traduction de l’invention en innovation pour devenir utile au patient. C’est en quelques sortes la maturation de l’idée, fondamentale en sciences. Si de base, une idée est fragile, l’idée scientifique l’est bien plus car elle prend du temps et, est tributaire d’autres choses, telles que la réglementation.

En nous racontant son aventure Startup, Christophe BANCEL, CEO et co-fondateur de GECKO Biomedical souligne sa chance d’avoir rencontré des gens brillants, et de travailler avec des personnes exceptionnelles. Ce n’est pas pour rien que l’on dit que l’équipe est fondamentale, c’est elle qui fait la différence lorsque l’on rassemble « Bonne technologie +  Preuve de concept + Données scientifiques robustes + Propriété intellectuelle ». C’est encore elle qui offre cette capacité à trouver des solutions lorsque les choses ne se passent pas comme prévu.

Et pour conclure, le mot de la fin

Christophe BANCEL livre son conseil aux futurs startupers Medtech:

« Prenez le temps de vous entourez des bonnes personnes, d’avoir la bonne équipe de fondateurs. N’ayez pas peur de parler de votre idée ni de rencontrer des gens qui peuvent être complémentaires ! »

 

0 comments